Communiqués de presse

LA CSEM FÉLICITE LE NOUVEAU GOUVERNEMENT DU PARTI QUEBÉCOIS: Demandes d’explications au sujet des élections scolaires

MONTRÉAL, LE 20 SEPTEMBRE 2012 — La présidente de la Commission scolaire English-Montréal, Angela Mancini, adresse ses vœux de réussite au nouveau gouvernement du Parti Québécois et félicite, en particulier, la première ministre Pauline Marois, la ministre de l’Éducation, du Loisir et du Sport (MELS) Marie Malavoy et la ministre responsable de la Charte de la langue française, de l’immigration et des communautés culturelles, Diane De Courcy.

« Nous reconnaissons le fait que c’est la première ministre Pauline Marois qui avait introduit le concept des commissions scolaires linguistiques au Québec alors qu’elle occupait le poste de ministre de l’Éducation » commente Mme Mancini. « Bien que nous ayons eu quelques différences d’opinion avec le gouvernement PQ précédent lorsqu’il était au pouvoir, nous avons aussi eu d’excellents échanges et signes d’appui dans certains domaines. » 

Mme Mancini déclare qu’elle espère que le fait que la première ministre Marois est une ancienne ministre de l’Éducation, Mme Malavoy, une ancienne enseignante et Mme de Courcy, présidente sortante de la Commission scolaire de Montréal (CSDM) augure bien pour l’avenir immédiat des commissions scolaires publiques du Québec.

« Lorsque nous y pensons, nous sommes tous ici pour la même raison » souligne Mme Mancini au sujet des commissions scolaires. « Préparer les futurs leaders de la société et ceci devrait être considéré au-delà des frontières linguistiques. Je sais que la première ministre Marois, Mme Malavoy et Mme De Courcy savent très bien que, dans le cas des commissions scolaires anglophones comme la nôtre, les programmes d’immersion française sont sans pareil. Nos élèves parlent couramment le français et sont bilingues lorsqu’ils terminent leurs études. »

Mme Mancini a aussi saisi l’occasion de demander au nouveau gouvernement d’adopter une position claire au sujet des prochaines élections scolaires. Elles devaient avoir lieu en novembre dernier mais l’ancien gouvernement libéral les avait remises à une date ultérieure et, en même temps, avait annoncé que le nombre de commissaires de chaque commission scolaire serait significativement réduit. Par exemple, à la CSEM, le conseil des commissaires passerait de 23 membres élus à 10 avec une représentation parentale supplémentaire. La CSEM a officiellement demandé une dérogation pour permettre l’élection de 15 commissaires, mais n’a jamais eu de réponse.

« Nous avons soulevé cette importante question pendant la récente campagne électorale et les représentants du PQ nous ont clairement indiqué que la tenue d’élections scolaires serait une priorité pour eux » déclare Mme Mancini. « Il nous avait été dit que nos élections seraient jumelées aux élections municipales prévues pour le 3 novembre 2013, soit dans juste un peu plus d’une année et nous espérons que le PQ agira rapidement. »

La vice-présidente de la CSEM, Sylvia Lo Bianco, souligne que les commissions scolaires, telles que la CSEM, n’ont pas une nouvelle carte électorale approuvée qui, de par la loi, doit être soumise à la consultation. « Nous nous trouvons face à un processus qui exigera plusieurs mois et, pour le faire durant une année d’élections pose un défi. Si les élections de notre Commission scolaire et celles municipales doivent être jumelées, ce fait pose de nouvelles séries de questions qui n’ont jamais été répondues, telles que comment les listes électorales anglophones et francophones seront gérées aux bureaux de scrutin? »

Dans le cas de Mme De Courcy, qui représente maintenant la circonscription de Crémazie du territoire de la CSEM, Mme Lo Bianco souligne « Nous avons une relation de longue date avec Mme De Courcy et nous savons qu’elle a les meilleurs intérêts du réseau d’éducation publique à cœur. Bien que l’éducation ne fasse pas partie de ses dossiers, nous sommes rassurés du fait qu’elle siège au conseil des ministres. »

Mme Mancini a aussi commenté la nomination de Jean-François Lisée au poste de ministre responsable de Montréal et de la communauté anglophone. « Nous avons hâte de rencontrer M. Lisée pour savoir quels gestes concrets seront posés par son gouvernement pour développer les relations avec les anglophones » a déclaré Mme Mancini. « Entre 2007 et 2017, la CSEM prévoit perdre plus de 4 600 élèves ou 20 pour cent de son effectif scolaire alors que les commissions scolaires francophones de l’île de Montréal accuseront une croissance de 18 000 élèves, soit 13 pour cent pour la même période. Notre réseau anglophone a souffert des dommages considérables.

 

-30-

 



Michael J. Cohen
Spécialiste en communications et marketing
Commission scolaire English-Montréal
Téléphone: (514) 483-7200, poste 7243
Télécopieur: (514) 483-7213
Courriel: mcohen@emsb.qc.ca