Communiqués de presse

Un taux de taxe scolaire unique coûtera 100 millions $ de plus aux Montréalais.

Montréal, le 2 juin 2015 – Le Comité de gestion de la taxe scolaire évalue à un peu plus de 100 millions de dollars le montant additionnel en taxes scolaires qui devra être payé par les contribuables de l’île de Montréal si le gouvernement opte pour un taux de taxe scolaire unique au Québec.

Le taux de taxe devra grimper à 0,24 $ par 100 $ d’évaluation, au lieu de 0,19 $ actuellement à Montréal, pour procurer au gouvernement le revenu de 2 milliards de dollars d’impôt foncier scolaire pour l’ensemble du Québec.

Le Comité de gestion se questionne sur l’équité d’un impôt foncier imposé à l’échelle provinciale à cause des valeurs au rôle d’évaluation des immeubles qui varient considérablement selon leur localisation.

Madame Patricia R. Lattanzio, présidente du Comité de gestion, est également préoccupée par le financement des mesures d’aide aux milieux défavorisés : «Les élèves des écoles défavorisés de l’île de Montréal seront privés de 8 millions de $ de services provenant des revenus de la perception de la taxe scolaire si sa perception est confiée aux municipalités. De plus, les contribuables de l’île de Montréal devront payer 100 millions de dollars de plus pour compenser la baisse des taxes scolaires des contribuables d’autres régions du Québec. Où est l’équité ?»

Mme Lattanzio ajoute que « le gouvernement devrait songer à adopter un modèle tel que le Comité de gestion à travers le Québec, puisqu’en regroupant la perception de la taxe scolaire des cinq commissions scolaires de l’île de Montréal, on s'assure d’un système efficace et d’économies pour les commissions scolaires."

Le Comité de gestion de la taxe scolaire de l’île de Montréal administre la gestion centralisée de la perception de la taxe scolaire des cinq commissions scolaires de l’île de Montréal depuis 1990. Unique au Québec, cette centralisation évite de dupliquer cinq fois ce service administratif et permet l’uniformisation du taux de taxe scolaire sur l’île de Montréal. De plus, les revenus d’intérêts de la perception de la taxe sont alloués à des mesures de rattrapage dans les écoles de milieux défavorisés.

-30-


Michael J. Cohen
Spécialiste en communications et marketing
Commission scolaire English-Montréal
Téléphone: (514) 483-7200, poste 7243
Télécopieur: (514) 483-7213
Courriel: mcohen@emsb.qc.ca