Communiqués de presse

LA CSEM SE JOINT AU MINISTRE FÉDÉRAL DE LA SANTÉ POUR LANCER LA CAMPAGNE ANTITABAC DES SAFJ

MONTRÉAL, LE 25 FÉVRIER 2005- Le Collège Vincent Massey de Rosemont a été choisi comme " école modèle " par les Services d’aide à la famille juive (SAFJ) lors du lancement officiel de TO-BACC-OFF, un programme antitabac financé par Santé Canada et mis sur pied dans neuf écoles secondaires de Montréal.

Le ministre fédéral de la Santé, Ujjal Dosanjh, était présent lors du lancement de la campagne au siège social de Montréal de SAFJ. La Commission scolaire English-Montréal (CSEM) a un partenariat couronné de succès avec SAFJ qui en est à sa troisième année du programme B.E.A.T. (Building Educational Assets Together), qui vise à diminuer les facteurs de risques de problèmes, tels que la toxicomanie, la violence, la promiscuité sexuelle, les comportements auto-destructeurs, les jeux de hasard et, maintenant, le tabac. La directrice exécutive de SAFJ, Gail Small, a souligné que les élèves et le personnel de Vincent Massey ont tenu un rôle important dans l’élaboration de TO-BACC-OFF en participant à divers groupes de discussions.

Les écoles secondaires John Paul I, Laurier Macdonald de l’arrondissement de Saint-Léonard, l’Académie Marymount de N.D.G. et l’école secondaire Wagar de Côte-Saint-Luc participent aussi au projet de cette année. Les autres écoles secondaires appartiennent au secteur privé.

Le ministre Dosanjh a voulu que les élèves de Vincent Massey lui parlent du succès du programme. Amanda De Melo, élève du Secondaire IV, qui a participé au processus initial de remue-méninges, a souligné le rôle positif des SAFJ dans l’aspect de la gestion du stress du processus. À son avis, si une personne apprend à gérer son stress, elle sera probablement moins inclinée à fumer.

TO-BACC-OFF vise les élèves du Secondaire I (7e année). Bien que les recherches aient démontré que les taux de tabagisme diminuent, ceux des adolescents qui fument sont alarmants. Entre 70 et 90 pour cent des élèves du secondaire ont essayé au moins une cigarette à 17 ans et près de 25 pour cent ont fumé dès l’âge de 13 ans.

Le tabagisme, déclare la directrice du projet le Dr Karen Hardoon, a été considéré comme un rite de passage de l’enfance à l’âge adulte. Par exemple, près de 80% des fumeurs adultes ont commencé à fumer et ont développé une dépendance avant l’âge de 18 ans. Les recherches ont aussi indiqué que plus l’on commence à fumer tôt, plus la dépendance à la nicotine sera sérieuse.

En outre, des graves conséquences associées au tabagisme, la nicotine a été identifiée comme précurseur de comportements à risques, y compris l’utilisation d’autres drogues. En outre, un lien a été établi entre les désordres de comportements perturbateurs, les perturbations de l’humeur, l’anxiété, et le tabagisme.

Une consultation des SAFJ auprès de 100 élèves du secondaire de Montréal au sujet du tabagisme et de la sensibilisation au tabagisme a révélé qu’ils n’avaient pas au préalable pris connaissance des questions reliées à l’initiation et au maintien de leur dépendance. Les élèves ont souligné plusieurs facteurs qu’ils pensaient être importants lors de cette discussion. Ceux-ci incluaient la prise de décision, le contrôle du poids, la pression par les pairs, la gestion du stress et l’influence des modèles de réussite. " Les élèves étaient bien conscients des dangers du tabagisme et ils ont estimé qu’un accent sur les risques pour la santé ne serait pas un élément efficace d’un programme de prévention " a déclaré le Dr Hardoon. " Un examen de publications a validé ces sujets. Par exemple, plusieurs études ont identifié que des facteurs psychologiques de l’adolescence étaient reliés à une augmentation du risque courant et futur du tabagisme, comme le comportement déprimé, les difficultés d’attention, un niveau élevé de stress et des préoccupations relatives à l’image de soi. Par conséquent, une série de facteurs de risques et de protection reliés à l’initiation et au maintien de la dépendance au tabagisme ont été identifiés. "

Le Dr Hardoon souligne que l’objectif des SAFJ et du programme TO-BACC-OFF est d’aborder ces facteurs. Les SAFJ ont affecté du personnel à chacune des écoles participantes. Des suivis significatifs sont prévus et neuf écoles seront ajoutées l’an prochain. L’hôpital Mont Sinaï de Montréal participera aussi au programme et aidera à organiser des ateliers. M. Dosanjh a exprimé l’espoir que les résultats de ce programme seront partagés avec d’autres groupes à travers le pays.



Michael J. Cohen
Spécialiste en communications et marketing
Commission Scolaire English-Montréal
Téléphone : (514) 483-7200, poste 7243
Télécopieur: (514) 483-7213
Courriel: mcohen@emsb.qc.ca