Communiqués de presse

BISCUITS POUR KATRINA - LA CSEM À L’AIDE DES VICTIMES DE L’OURAGAN KATRINA

MONTRÉAL, LE 26 SEPTEMBRE 2005— Les écoles, les centres et le centre administratif de la Commission scolaire English-Montréal (CSEM) participent à la campagne d’aide aux victimes de l’ouragan Katrina et Rita qui a dévasté certains états du Sud des Étas-Unis, situés sur le golfe du Mexique.

L’an dernier, suite à la dévastation causée par le tsunami en Asie du Sud-Est, les écoles et les centres de la CSEM ont recueilli plus de 50 000 $ et se sont engagés dans une vaste gamme d’activités.

La CSEM annoncera une levée de fonds spéciale " Biscuits pour Katrina " lors de la révunion de mercredi du conseil des commissaires. Tony Medeiros et Bernie Lash, propriétaires des Boulangeries Cantor, commanditent l’initiative avec l’aide de Smucker’s Canada. Karl Etienne, représentant de la compagnie, assistera aussi à la réunion. Les écoles intéressées recevront gratuitement des paquets pré-emballés de biscuits (avoine, brisures de chocolat et double chocolat). Les élèves vendront ces biscuits et le produit des ventes sera versé au fond de secours de l’ouragan.

Au centre administratif de la CSEM, une vente de billets de loterie a eu lieu du 19 au 22 septembre. Le premier prix était un panier-cadeau contenant quatre bouteilles de vin américain plus un assortiment de friandises américaines. Le produit de la vente de billets, 777 $, sera versé au fonds de secours de la Croix Rouge Canadienne. Les membres du personnel se sont aussi réunis au centre administratif de la CSEM pour assister à un service commémoratif.

Les écoles et les centres ont déjà commencé à organiser plusieurs activités, y compris des journées du vêtement-détente et un unique " Ouragan de tâches " qui permettra aux élèves de recueillir des fonds en s’acquittant de tâches à la maison, pour un montant donné d’argent.

" La CSEM, en tant que membre de la communauté mondiale, a été profondément affectée par l’énormité de la dévastation et de la souffrance humaine causée par l’ouragan Katrina " a déclaré M. Antonio Lacroce, directeur général de la CSEM. " Il est possible que des membres du personnel et des élèves aient des parents qui ont été victimes de ce désastre naturel, mais ce qui est certain, c’est que nous avons tous été touchés par les souffrances vécues par la population de la Louisiane, du Mississippi et de l’Alabama, suite au passage de l’ouragan Katrina. Nos pensées et nos prières accompagnent les victimes ainsi que leurs familles. "

M. Lacroce a prié instamment les écoles à engager les élèves émotionnellement, spirituellement et intellectuellement et il a encouragé toute la communauté scolaire - personnel, élèves et parents - à lancer des activités de levées de fonds dans le but de faire parvenir des fonds de secours aux victimes de l’ouragan " qui sont nos voisins. " Plus spécifiquement, au fond de secours de la Croix Rouge Canadienne (www.redcross.ca), à la Canadian Relief Foundation (www.canadianrelief.ca) et au Fonds d’aide de l’UNICEF (www.unicefusa.org).

" Plusieurs d’entre nous ont passé de nombreuses heures à suivre ce désastre à la télévision, à la radio et sur l’Internet et nous pouvons être considérés comme victimes secondaires et, à ce titre, être affectés de stress et de traumatisme " souligne M. Lacroce. " Il est important de réaliser que, suite à un évènement traumatique, même s’il affecte une autre personne, il est normal de le ressentir personnellement. Bien que chaque personne réagisse différemment, selon ses propres expériences et sa personnalité, une vaste gamme de sentiments et de réactions est déclenchée par ces horribles évènements. Ceux qui sont particulièrement vulnérables à cause d’expériences vécues de traumatisme ou de perte pourraient souffrir de stress post-traumatique. "



Michael J. Cohen
Spécialiste en communications et marketing
Commission Scolaire English-Montréal
Téléphone: (514) 483-7200, poste 7243
Télécopieur: (514) 483-7213
Courriel: mcohen@emsb.qc.ca