Communiqués de presse

LES ÉLÈVES ADULTES DE LA CSEM AYANT DES BESOINS PARTICULIERS PARTICIPERONT À LA JOURNÉE INTERNATIONALE DU SOUVENIR DE L’HOLOCAUSTE

MONTRÉAL, LE 23 JANVIER 2008 — Les élèves du Centre d’adultes Galileo de la Commission scolaire English-Montréal, ayant des besoins particuliers, seront présents au Musée de l’Holocauste de Montréal (5151 Chemin Côte-Sainte-Catherine à Snowdon) ce dimanche 27 janvier à 10 h 30 pour souligner la Journée Internationale du Souvenir de l’Holocauste.

Les enseignantes Gail Bernstein, Allison Truchan et Lu Termini qui fait la liaison avec la communauté ont lancé un projet éducatif en octobre dernier après avoir pris connaissance du matériel du musée par le biais du livre et de la production sur scène de Hana’s Suitcase. Cette pièce raconte l’histoire tragique de Hana Brady, une jeune juive tchécoslovaque, qui est morte au camp de concentration d’Auschwitz en 1944 en laissant une petite valise avec son nom inscrit sur le côté. En l’an 2000, sa valise a été exposée au centre japonais d’éducation sur l’Holocauste, où le curateur Fumiko Ishioka a commencé à étudier la courte vie de Hana avec l’aide d’un groupe d’élèves locaux. Leur recherche les a mené au frère plus âgé de Hana, George Brady, qui a survécu à l’Holocauste et s’est établi à Toronto. Hana’s Suitcase est devenu un phénomène international maintenant disponible dans 40 pays. Tout comme le journal d’Anne Frank, le livre est utilisé dans les écoles pour éduquer les enfants au sujet des atrocités de l’Holocauste et sa popularité croît à un taux exponentiel.

Les élèves de Galileo ont non seulement visité le musée mais ils ont aussi assisté à la pièce Hana’s Suitcase qui a été présentée à Montréal en novembre par les Productions théâtrales Geordie. « Nous engageons des discussions journalières avec nos élèves relatives à des évènements courants et historiques à l’aide de l’Internet, des journaux, de la télévision et d’autres médias » explique Gail Bernstein. « Ce projet a été une prolongation naturelle pour un grand nombre de raisons. »

Le dimanche, des lettres que les élèves ont écrit au sujet du projet seront exposées au Centre de l’Holocauste. Les enseignantes feront partie d’un panel de discussion sur l’importance de la commémoration de l’Holocauste et comment cette œuvre influence les montréalais, particulièrement les jeunes. « Nos élèves ont été groupés et étiquetés, ils ont été séparés de leurs camarades à l’école, au camp et à d’autres activités, ils ont été victimes de stéréotypes et ont généralement été traités différemment tout au long de leurs vies » déclare Gail Bernstein. « Comme ils l’ont vite découvert, ils auraient été un groupe visé durant l’Holocauste. »

- 30 -



Michael J. Cohen
Spécialiste en communications et marketing
Commission Scolaire English-Montréal
Téléphone: (514) 483-7200, poste 7243
Télécopieur: (514) 483-7213
Courriel: mcohen@emsb.qc.ca