Communiqués de presse

DES ÉLÈVES DE 6e ANNÉE FORMENT L’AVENIR DE MONTRÉAL-NORD

Repercussion Theatre

Communiqués de presse

MONTRÉAL, LE 12 NOVEMBRE 2008 -   Il y a de la pauvreté, de la violence, des gangs de rue, et des émotions à fleur de peau à cause de la fusillade survenue cet été, mais il y aussi de l’espoir.

Cette semaine, 30 élèves francophones et anglophones provenant de deux écoles de Montréal-Nord vont créer une murale de glaise à l’école Gérald McShane.  Leur travail sera exposé sur le mur extérieur du centre communautaire. « Le projet à été lancé pour aider les enfants de la communauté à comprendre les évènements de cet été et à développer une vision pour être capable de vivre en harmonie ensemble » explique Evelyne Alfonsi, directrice de l’école et l’une des initiatrices du projet.

Chaque jour, à travers la fenêtre de leur classe à l’école primaire Gérald McShane, les élèves de 6e année de la classe de M. Pellegrin peuvent voir les fleurs, les chandelles, et les écrits qui sont déposés près d’un arbre, en mémoire de la mort tragique de Freddy Villenueva.  « Notre communauté lutte contre les gangs et les tensions raciales, et elle vit avec les questions laissées sans réponse suite à la mort de Freddy.  Par contre, les élèves de notre école et de l’école Jules Verne se réunissent pour montrer que l’espoir existe » dit M. Pellegrin.

Pendant une semaine, 30 élèves vont discuter des valeurs de la communauté et de l’amitié, tout en  matérialisant leurs idées avec de la glaise.  Le but du projet est de rassembler les élèves de la communauté principalement haïtienne francophone, et ceux de la communauté principalement italienne anglophone, pour créer des liens, pour se comprendre, et pour vivre en harmonie.

Du 10 au 14 novembre, Lynda Faulks, une artiste renommée de la Colombie Britannique et une enseignante hors pair qui se spécialise dans la fabrication de grandes murales collectives, va guider les élèves pour faire le design de leur plaque unique. Elle a créé 270 murales, soit peintes, soit en mosaïque, ou en bas relief en glaise, durant les 30 dernières années.  Elle a déjà travaillé dans le nord de Goosebay, au Labrador, et aussi loin qu’au Japon. « Quand on voit la passion que ce projet suscite, et l’estime de soi des élèves, qui augmente rapidement, on croit en la valeur des projets de murales » explique Madame Faulks. 

Les 30 plaques vont être séchées et cuites pour devenir de la céramique. Au mois de mai prochain, l’artiste va revenir à Montréal pendant une autre semaine pour terminer l’activité avec les enfants, et les aider à apporter les touches finales à leurs œuvres.

Les plaques seront encadrées et montées comme un ensemble sur le mur extérieur du centre communautaire de Montréal Nord. Le mur donne sur la rue Rolland, le lieu des émeutes les plus violentes de cet été.

« Depuis quelque temps, on cherche des moyens pour rapprocher les différentes cultures.  J’ai donc appelé le directeur de l’école Jules Verne de l’autre côté de la rue.  On s’est entendu tout de suite que c’était une occasion qu’on ne devait pas râter, » raconte la directrice, Evelyne Alfonsi.

Pour être accepté à participer au projet, tous les élèves ont dû avoir une entrevue avec M. Pellegrin à qui ils ont parlé de leurs motivations et intérêts. « Les élèves nous disaient qu’ils voulaient créer, faire de l’art, et, bien sûr, manquer quelques cours » déclare la directrice de l’école Jules Verne, Mme Claire Stabile.  Dans tous les entretiens, le facteur commun était que les élèves avaient le désir de faire quelque chose de significatif et de permanent pour la communauté.

Après s’être mis d’accord sur le projet, il fallait trouver l’argent pour le créer. La commissaire de la commission scolaire CSEM, Sylvia Lo Bianco, a rapidement cherché des solutions. Elle a communiqué avec la Ville de Montréal-Nord et les représentants de cette dernière ont compris la valeur du projet et ont travaillé fort pour trouver un endroit où l’exposer. Les directions des deux écoles ont fait des demandes de subvention à plusieurs endroits pour trouver l’argent nécessaire pour payer le projet.

-30-



Michael J. Cohen
Spécialiste en communications et marketing
Commission Scolaire English-Montréal
Téléphone: (514) 483-7200, poste 7243
Télécopieur: (514) 483-7213
Courriel: mcohen@emsb.qc.ca