Communiqués de presse

Les écoles publiques et privées demandent instamment au gouvernement du Québec de protéger le système scolaire de la communauté anglophone

Montréal, Québec, 11 mai 2010 – Lors d’une conférence de presse sans précédent aujourd’hui, les écoles publiques et privées ont ensemble demandé au gouvernement du Québec de respecter la décision du mois d’octobre de la Cour suprême du Canada, qui déclarait la Loi 104 inconstitutionnelle.

Les présidents des commissions scolaires English-Montréal (Angela Mancini), Lester-B.-Pearson (Marcus Tabachnick), Sir-Wilfrid-Laurier (Steve Bletas), Riverside (Moira Bell), la présidente de l’Association des commissions scolaires du Québec, Debbie Horrocks, la présidente de l’AÉPQ, Elizabeth Falco, et l’ancien commissaire fédéral aux langues officielles, Dr Victor Goldbloom, se sont adressés aux médias lors de la conférence de presse tenue à l’école primaire Nesbitt à Rosemont. Ils transmettaient tous le même message : le gouvernement du Québec doit trouver des moyens d’assurer la pérennité du système scolaire anglophone. Plusieurs leaders charismatiques de la communauté étaient également présents pour appuyer cette initiative.

Le 22 octobre 2009, la Cour suprême du Canada a déclaré la Loi 104 inconstitutionnelle et a donné un an au gouvernement du Québec pour la réécrire. La Loi 104 a été adoptée par le gouvernement du Québec en 2002 pour fermer une brèche dans la Charte de la langue française qui permettait aux élèves qui n’étaient pas admissibles à l’enseignement en anglais d’obtenir ce droit. Depuis l’adoption de la Loi 104, les deux plus grandes commissions scolaires anglophones (la CSLBP et la CSEM) ont perdu environ 500 nouvelles inscriptions chaque année.

« La Loi 104 a eu un effet dévastateur sur notre commission scolaire, a déclaré Angela Mancini. En 2002, notre secteur jeunes comptait 27 000 élèves. Nous sommes maintenant à 22 000 et l’effectif continue de décliner. La Loi 104 a été le facteur déterminant de ce déclin. La Cour suprême a émis une décision qui pourrait donner un peu d’oxygène à notre commission scolaire. Nous faisons appel au gouvernement du Québec pour agir convenablement. ».

La CSEM et la CSLBP ont pris le leadership dans cette affaire dès que le jugement de la Cour suprême a été annoncé. Leurs comités centraux de parents ont conçu des pétitions en ligne qui ont jusqu’ici recueilli plus de 12 000 signatures. Un certain nombre de municipalités et d’autres commissions scolaire ont adopté des résolutions en appui à la position de la CSEM et de la CSLBP sur le sujet. Afin de rejoindre le gouvernement pour pouvoir demander que le système scolaire anglophone soit protégé, les deux commissions scolaires ont rencontré plusieurs députés provinciaux.

« Le gouvernement du Québec ne peut pas tenir la communauté anglophone pour acquise, a déclaré Marcus Tabachnick. Cette question a galvanisé la communauté anglophone et la coalition que nous établissons va continuer à s’élargir. Nous avons tenté de faire comprendre au gouvernement et à la communauté francophone que nous ne sommes pas une menace pour la langue française. Nos écoles publiques anglophones font tout en leur pouvoir pour s’assurer que nos élèves obtiennent un diplôme et qu’ils terminent leurs études avec les outils nécessaires pour vivre, travailler, réussir et élever leurs futures familles au Québec. Nous n’accepterons aucune autre attaque envers l’avenir de notre communauté. »  

-30-

Pour de plus amples renseignements, ou pour parler directement à quelqu’un, veuillez communiquer avec:  

Michael J. Cohen                                                            
Spécialiste des communications et du marketing           
Commission scolaire English-Montreal                                     
514-483-7200, poste 7243                                                                         
           

Daniela Scoppa
Agente de communications
Commission sco
laire Lester-B.-Pearson
514-422-3000, poste 2666

 



Michael J. Cohen
Spécialiste en communications et marketing
Commission Scolaire English-Montréal
Téléphone: (514) 483-7200, poste 7243
Télécopieur: (514) 483-7213
Courriel: mcohen@emsb.qc.ca