Communiqués de presse


LA CSEM EST PRÉOCCUPÉE AU SUJET DES MODIFICATIONS PROPOSÉES PAR LE PROJET DE LOI

MONTRÉAL, LE 10 DÉCEMBRE 2012 — Angela Mancini, présidente de la Commission scolaire English-Montréal, a exprimé des préoccupations au sujet de certains aspects du projet de Loi 14, déposé par le nouveau gouvernement du Parti Québécois.

Mme Mancini a spécifiquement mentionné le nouvel examen pour les élèves des CÉGEPs anglophones et peut-être des nouvelles normes qui pourraient être imposées au niveau secondaire. « Nous sommes préoccupés au sujet de la façon de leur implantation, le fait qu’elles sembleraient être à la discrétion de bureaucrates et des ressources qui seraient offertes au cas où les normes seraient modifiées » a déclaré Mme Mancini.

La CSEM est troublée d’apprendre que de futures restrictions sont proposées pour l’accès à l’enseignement en anglais pour les familles de militaires. « Nous sommes satisfaits que le gouvernement n’a pas inclus des dispositions pour étendre la Loi 101 aux CÉGEPs anglophones et aux programmes d’éducation des adultes et de formation professionnelle » déclare Mme Mancini.

Mme Mancini souligne que la CSEM dévoilera une nouvelle stratégie de promotion en janvier visant à mettre en valeur la qualité de l’enseignement de la langue française dans les écoles.

« Nos élèves parlent déjà un excellent français et nous en sommes fiers » commente Mme Mancini. « La majorité de nos élèves sont inscrits à l’immersion française et terminent leurs études avec des certificats de bilinguisme. Nous avons raison d’être fiers de la façon dont le français est enseigné et appris au réseau anglophone. L’ajout de ce nouvel examen proposé n’est pas nécessaire. »

Les commissaires de la CSEM, Patricia Lattanzio et Frank Verrillo, conseillers spéciaux de la présidente au sujet des relations avec le gouvernement, soulignent que la Loi 14 ne sera pas présentée au vote de l’Assemblée Nationale avant le printemps prochain.

« Au cours de la campagne électorale de l’été dernier, nous avons entamé un processus de rencontres avec différents candidats » déclare Mme Lattanzio. « Nous nous préparons actuellement à rencontrer des membres de l’Assemblée Nationale de tous les partis et nous serons particulièrement intéressés d’apprendre ce que les personnes qui nous représentent ont à dire. »

M. Verrillo a déclaré que la CSEM, par le biais de l’Association des commissions scolaires anglophones du Québec, a aussi l’intention de participer aux audiences publiques qui auront lieu au sujet de la Loi 14.

Mme Mancini a souligné que lorsqu’elle a rencontré Jean-François Lisée, le ministre responsable de Montréal et de la communauté anglophone, elle avait clairement souligné que les commissions scolaires anglophones avaient besoin d’oxygène. « Entre 2007 et 2017, la CSEM prévoit perdre plus de 4 600 élèves, soit 20 pour cent de son effectif tandis que les commissions scolaires de l’île de Montréal verront leurs effectifs augmenter de 18 000 élèves, soit 13 pour cent pour la même période.  Un grand dommage a été infligé à notre réseau anglophone. La restriction de l’accès des familles de militaires à notre réseau n’implique pas de très grands nombres mais, étant donné notre diminution constante d’inscriptions, la perte de tout élève pose des problèmes. »

-30-



Michael J. Cohen
Spécialiste en communications et marketing
Commission scolaire English-Montréal
Téléphone: (514) 483-7200, poste 7243
Télécopieur: (514) 483-7213
Courriel: mcohen@emsb.qc.ca