Communiqués de presse


LES COMMISSAIRES DE LA CSEM EXPRIMENT DE SÉRIEUSES PRÉOCCUPATIONS AU SUJET DU PROJET DE LOI 14

MONTRÉAL, LE 13 MARS 2013 — La présidente de la Commission scolaire English-Montréal, Angela Mancini, a entamé un processus de réunions avec des membres de l’Assemblée Nationale du Québec, principalement pour exprimer une opposition à la nouvelle proposition du projet de loi 14.

En collaboration avec la vice-présidente Sylvia Lo Bianco et les commissaires Patricia R. Lattanzio (Rivière-des-Prairies) et Frank Verrillo (Saint-Léonard), conseillers spéciaux de la présidente au sujet des relations avec le gouvernement, Mme Mancini s’est fixé l’objectif de rencontrer les représentants politiques au niveau municipal, provincial et fédéral.

Des réunions ont déjà eu lieu avec les membres de l’Assemblée Nationale du Québec, Filomena Rotiroti (Jeanne-Mance-Viger) et Lawrence Bergman (D’Arcy-McGee) ainsi qu’avec Martin Lapointe, chef de cabinet de Lise Thériault (Anjou-Louis-Riel).

Mme Mancini souligne que le projet de loi 14 s’avère être le début de la disparition de l’éducation publique anglaise au Québec et d’une lente oppression de la société anglophone en général. Elle a déclaré que les amendements proposés à la Charte des droits et libertés de la personne augmenteraient les strictes conditions de fréquentation d’écoles publiques anglophones, Soulignant que la CSEM, à 84 pour cent, a le deuxième taux de graduation le plus élevé de n’importe quelle commission scolaire publique du Québec, les écoles du réseau de la CSEM diplôment continuellement des élèves éduqués et bilingues.

La délégation a aussi fait part de ses préoccupations au nom d’autres commissions scolaires anglophones, notamment celle de Central Québec, qui accuseraient une perte de près de 700 élèves à cause de l’annulation de l’exemption aux familles militaires temporairement affectées au Québec qui fréquentent une école publique anglophone, La Commission scolaire Central Québec dessert les Forces armées canadiennes de la base de Valcartier.

Finalement, il a été souligné que le projet de loi 14 visera les commissions scolaires par le biais de mesures concernant des entreprises. La délégation a déclaré que ces nouvelles mesures auront un effet direct sur les anciens élèves de la CSEM qui, malgré le fait qu’ils soient déjà bilingues, ont de la difficulté à trouver des emplois dans des milieux principalement francophones.

En sus du projet de loi 14, Mme Mancini et la délégation ont fait part de la profonde préoccupation de la CSEM au sujet des compressions générales demandées aux commissions scolaires. Avec une diminution des inscriptions ainsi que de financement, il a été souligné qu’il est impossible d’offrir des services appropriés aux élèves avec de telles restrictions budgétaires. Des compressions sont faites au niveau de l’école et affectent directement les élèves. Si rien n’est fait, Mme Mancini a indiqué que la CSEM n’aura pas d’autre choix que d’adopter un budget déficitaire.

-30-


Michael J. Cohen
Spécialiste en communications et marketing
Commission scolaire English-Montréal
Téléphone: (514) 483-7200, poste 7243
Télécopieur: (514) 483-7213
Courriel: mcohen@emsb.qc.ca