Communiqués de presse


LA CSEM EXPRIME SES PRÉOCCUPATIONS AU SUJET DE LA PROPOSITION DE RÉORGANISATION DES SERVICES DE SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX DE MONTRÉAL.

MONTRÉAL, LE 31 MARS 2004— Une déclaration de principe par la Commission scolaire English-Montréal (CSEM) a relevé un certain nombre de préoccupations au sujet de la proposition de réorganisation des services de santé et des services sociaux à Montréal.

L’Agence de développement de réseaux locaux de services de santé et de services sociaux (Agence), anciennement la Régie régionale de la santé et des services sociaux de Montréal–Centre, a proposé de réorganiser les services sociaux et de santé à Montréal sous forme de douze réseaux de services sociaux et de santé. La CSEM est actuellement desservie par 20 CLSC qui offrent des services infirmiers et d’hygiène dentaire ainsi que les services de travailleurs sociaux. Le niveau des services sociaux et de santé, en ce qui concerne les écoles ayant un nombre similaire d’élèves, varie non seulement dans un CLSC d’un territoire spécifique, mais aussi entre des CLSC de territoires différents. Les services des travailleurs sociaux peuvent varier de service sur appel au service de trois jours par semaine, tandis que les services des infirmières d’école varient de service sur appel à un service de 4,5 jours par semaine. Le niveau de ces services est souvent déterminé par l’importance de l’effectif scolaire de l’école, la nature des besoins de la population, les budgets spécifiques alloués au sein de chaque territoire de CLSC, etc. " Est-ce que la structure proposée aura pour résultat la dispense de services plus accessibles et mieux coordonnés à nos écoles ? " demande Lew Lewis, directeur des Services aux élèves de la CSEM.

Bien que le but de la proposition soit d’offrir aux Montréalais des services sociaux et de santé qui seraient plus accessibles, mieux coordonnés, plus personnalisés et continus, la CSEM a exprimé une préoccupation particulière au sujet de plusieurs éléments de cette proposition, soit les niveaux et la langue de service, le financement, les structures d’organisation et les mandats.

Le 5 avril, un Forum de la Jeunesse aura lieu au Hyatt Regency (1255 Jeanne Mance) de 8 h 30 à 12 h et au cours duquel le personnel de direction de la CSEM, des directions d’école et des professionnel(le)s participeront à des discussions reliées aux préoccupations relatives à la continuité des services pour les jeunes, jusqu’à l’âge de 17 ans, et leurs familles.

Bien que l’Agence prévoie que les nouveaux centres de services sociaux et de santé incluent les CLSC, les hôpitaux et les CHSLD (Centre d’hébergement et de soins de longue durée), la CSEM estime que les hôpitaux ne devraient pas être inclus à ces centres. Il est estimé que l’inclusion des hôpitaux aurait pour résultat que moins de priorité serait accordée aux services sociaux et de santé dispensés à l’école par le CLSC. Considérant les deux hypothèses proposées pour le territoire du Centre-Ouest qui couvre Côte Saint-Luc, Montréal-Ouest, Hampstead, N.D.G., Côte-des-Neiges, Snowdown et Parc Extension, un forum spécial impliquant les groupes majeurs (incluant les écoles) est fortement suggéré. La CSEM estime aussi que la question de la qualité et du niveau non adéquats des services sociaux anglophones, actuellement dispensés par le CLSC Mercier-Est/Anjou aux écoles de l’est de Montréal, doit aussi être abordé dans les discussions avec le ministère de la Santé et des services sociaux. En outre, le niveau actuel des services sociaux et de santé dispensés aux écoles ne devrait pas être diminué. En fait, à la lumière des besoins croissants des effectifs scolaires identifiés par le personnel des écoles, la CSEM estime que des services accrus devraient sérieusement être considérés dans certaines écoles ayant des effectifs scolaires plus vulnérables. L’accès aux services sociaux et de santé anglophone qui est offert aux écoles devrait, en pratique, être garanti.

La CSEM espère que les relations et la collaboration actuelles entre les écoles et les CLSC soient maintenues afin d’assurer la participation des CLSC des écoles et les CLSC résidentiels aux services à dispenser à un élève et/ou à sa famille. C’est pour cette raison que les directions d’école ou leurs représentants devraient représenter les écoles au sein du Conseil d’administration des nouveaux centres de services sociaux et de santé afin de pouvoir présenter et défendre le point de vue des écoles.



Michael J. Cohen
Spécialiste en communications et marketing
Commission Scolaire English-Montréal
Téléphone : (514) 483-7200, poste 7243
Télécopieur: (514) 483-7213
Courriel: mcohen@emsb.qc.ca