Communiqués de presse


LE PROGRAMME B.E.A.T. S’ATTAQUE AU JEU

MONTRÉAL, LE 19 OCTOBRE 2004— Les Services aux élèves de la Commission scolaire English-Montréal, en collaboration avec les Services aux écoles de Jewish Family Services (JFS), abordent actuellement la troisième année d’un projet spécial visant à diminuer les facteurs de risque contribuant aux problèmes, tels que la toxicomanie, la violence, la promiscuité sexuelle, les comportements auto-destructeurs et le jeu.

Le programme B.E.A.T. (Building Educational Assets Together) a été originellement mis à l’essai dans six écoles et il a été ensuite étendu à 25 écoles. Dora Cesta, directrice adjointe des Services aux élèves, a ajouté cette année une nouvelle dimension à ce projet de prévention du jeu, intitulée " La Combinaison Gagnante ". La CSEM a reçu plus de 100 000 $ de financement du ministère de la Santé et des Services Sociaux (MSSS) pour participer à un programme expérimental sur le jeu pathologique qui est coordonné par l’Agence de développement des réseaux locaux de services de santé et de services sociaux (anciennement la Régie régionale de la santé et des services sociaux de Montréal-Centre). À la demande des Services aux élèves de la CSEM, Jewish Family Services (JFS) a été invité à élargir son partenariat en abordant spécifiquement la question de la dépendance au jeu, sous les auspices du programme B.E.A.T.

Des recherches récentes soulignent la prévalence et l’augmentation du jeu parmi les jeunes. Dans des études entreprises à ce sujet, le Département des Sciences de l’Éducation et de Psychologie de l’Université McGill a constaté que parmi les jeunes, 8 % des adolescents sont enclins au jeu avec 4,7 % d’adolescents de Montréal ayant une dépendance au jeu, tandis qu’une autre étude a démontré une dépendance au jeu parmi 3,4 % des adolescents de Montréal. Des recherches encore plus révélatrices indiquent une dépendance multiple à la toxicomanie, l’alcoolisme et le jeu. " En d’autres termes ", déclare Mme Cesta, " si les jeunes se livrent à des comportements à risque dans un domaine, ils auront plus tendance à adopter des comportements à risques additionnels comme, par exemple, le jeu. "

Dans le cadre de cette nouvelle phase du programme B.E.A.T., la CSEM et JFS ont l’intention de créer des systèmes de soutien à l’école (rencontres avec les parents, activités sociales parascolaires, formation aux habiletés sociales et éducation au sujet de la question du jeu) qui rassembleront " La Combinaison Gagnante " de facteurs protecteurs qui aideront à protéger ces communautés spécifiques de jeunes contre les comportements à risque. Un coordonnateur de projet et trois professionnels ont été engagés pour mener à terme ce processus initial.

D’après les initiatives précédentes réussies des Services aux élèves de la CSEM, de JFS et du programme B.E.A.T., la CSEM anticipe un autre programme de prévention réussi et bien réalisé qui abordera un risque accru de comportement qui devient de plus en plus évident parmi les adolescents enclins au jeu.



Michael J. Cohen
Spécialiste en communications et marketing
Commission Scolaire English-Montréal
Téléphone : (514) 483-7200, poste 7243
Télécopieur: (514) 483-7213
Courriel: mcohen@emsb.qc.ca