Communiqués de presse


UN DIPLÔMÉ D’ELIZABETH BALLANTYNE QUI A ESCALADÉ L’EVEREST SERA LE PRÉSIDENT HONORAIRE DE LA JOURNÉE « MARCHONS VERS L’ÉCOLE »

MONTRÉAL, LE 13 SEPTEMBRE 2010  Lorsque Ted Fairhurst a fréquenté l’école primaire Elizabeth Ballantyne de Montréal-Ouest, il y a de cela 56 ans, il a marché vers l’école plusieurs fois par jour. Plusieurs années plus tard, il a porté la bonne forme physique à un nouveau niveau, ayant récemment escaladé le Mont Everest et célébré son 63e anniversaire sur ce sommet. Il décrit cette aventure comme l’expérience la plus mémorable de sa vie.

M. Fairhurst est vraiment considéré comme un modèle pour les jeunes et il désire les encourager à adopter des styles de vie sains et physiquement actifs. Dans cet ordre d’idées, il a accepté la présidence honoraire de la participation de la Commission scolaire English-Montréal (CSEM) à la journée « Marchons vers l’école » le mercredi 6 octobre 2010. Elle débutera à 7 h 30, avec une marche partant du parc NDG au coin de Marcil et de Côte-Saint-Antoine et une autre commençant à 8 h 30 à partir du parc Confédération au coin de Kensington et Fielding. « Nous pouvons accomplir des actes extraordinaires si nous avons la passion de la vie. Il n’y a pas de limites à ce que nous pouvons réaliser » a déclaré M. Fairhurst, lorsqu’il lui a été demandé quel était le message qu’il voulait transmettre à nos élèves au sujet de la motivation et de la poursuite de leurs rêves.

Les participants à la Journée internationale « Marchons vers l’école » sont les élèves et les parents des écoles Elizabeth Ballantyne, Royal Vale, St. Monica, Willingdon de la CSEM et d’une école privée, Lower Canada College. Les élèves qui participent marcheront vers l’école avec leurs parents, ou seront déposés à l’un des points de départ désignés.

Le YMCA de NDG et la station de police 11 de Montréal se sont joints à l’évènement en tant que partenaires communautaires. Les services de police ont un rôle particulièrement important car ils planifient et supervisent les parcours en auto. Les parcours planifiés par les services de police sont sécuritaires et directs et créent plus de sensibilisation du public aux corridors de marche. Les directions d’école, les enseignant(e)s d’éducation physique et les parents bénévoles seront sur place pour assurer la supervision dans les parcs et sur les parcours de marche.

M. Fairhurst est un artiste de profession. À partir de dessins sur du papier toilette à l’âge de quatre ans, jusqu’à se lever à 4 h du matin à 12 ans pour aller à la chasse aux canards, M. Fairhurst a dû profiter de chaque moment disponible pour réaliser ses passions. À 20 ans, après  avoir fait connaissance du monde en travaillant à l’Expo 67, il était prêt à aller explorer le globe.

Il a fait du pouce de l’Écosse à l’Afghanistan en 1969 et, ensuite, a voyagé par autobus en Inde et au Népal. À Kathmandu, il a rencontré un alpiniste de la Nouvelle Zélande qui venait de retourner d’une randonnée pédestre aller retour de 300 miles du camp de base de l’Everest. Son histoire a immédiatement suscité un grand enthousiasme chez M. Fairhurst et il a réalisé qu’il devait essayer de le faire aussi.

Dans l’espace de quelques jours, il a traversé des chemins en haute montagne vers la chaîne Khumbu. Sans aucune expérience d’alpinisme, tout seul avec seulement un sac de couchage d’été, il a réussi à escalader le glacier Khumbu jusqu’à près de 19 000 pieds du camp de base de l’Everest. « J’ai passé 32 jours tout seul sur la plus grande chaîne de montagne du monde en survivant grâce à mon énergie et ma volonté. »

Dans les années 80, M. Fairhurst s’est lancé dans l’immobilier. Sans un grand capital mais beaucoup de volonté, il a monté une entreprise grâce à sa foi et sa détermination. Il a appris les valeurs d’auto-motivation et de raisonnement créatif.

En novembre 2002, il s’est rendu en Bolivie pour essayer d’escalader le Huayna Potosi haut de 19 974 pieds (6 088 mètres). Son premier essai a été freiné à La Paz par un besoin urgent de soins médicaux suite à un abcès aux dents. Dix jours plus tard, son deuxième essai a été arrêté par de la forte neige et des avalanches. Bien que M. Fairhurst n’ait pas atteint ces sommets, sa passion pour l’alpinisme n’a fait qu’augmenter.

Près d’un an plus tard, il a décidé de se joindre à une équipe internationale pour escalader le Cho Oyu au Tibet, une montagne de 8 000 mètres. L’équipe est arrivée à la montagne une semaine plus tard et a commencé le long processus d’acclimatation. En quittant le camp (25 000 pieds) à 23 h 30 et en escaladant toute la nuit sur un terrain rocailleux et glacé, le groupe a atteint le sommet de Cho Oyu (8 201 mètres) à 6 h le 5 octobre 2008. « Un entraînement intense, la détermination, la confiance en soi et l’audace ont été les clés de notre succès » déclare M. Fairhurst.

M. Fairhurst espère compléter les sept sommets, le plus haut de chaque continent, dans l’espace d’un an. Ayant déjà escaladé les quatre les plus difficiles, M. Fairhurst est très près du but.

Pour en savoir plus sur ses voyages, allez à www.DareToReach.ca.

-30-



Michael J. Cohen
Spécialiste en communications et marketing
Commission Scolaire English-Montréal
Téléphone: (514) 483-7200, poste 7243
Télécopieur: (514) 483-7213
Courriel: mcohen@emsb.qc.ca