Réforme du curriculum 1999-2000

- English Language Arts
- Français
- Technologie de l'information et des communications
- Milieux défavorisés - Opération Renouvellement et Appui à l'école montréalaise
- Dons aux bibliothèques
- Mathématiques
- Services des médias
- Enseignement moral et religieux
- Nouveaux Départs
- Programme PELO
- Éducation physique
- Taux de réussite des élèves
- Récit d'histoires
- Sciences
- Sciences humaines

Réforme du curriculum 1999-2000

En 1999-2000, un programme général de développement axé sur le Programme de formation de l'école québécoise qui entre en vigueur pour les élèves du Cycle I en septembre 2000, est venu s'ajouter au grand nombre de tâches du Service.

Le nouveau Programme de formation de l'école québécoise encourage la réussite pour tous les élèves, célèbre la croissance individuelle tout en développant un sens de partage commun et de participation sociale. Les jeunes élèves participeront activement à la création de leur propre apprentissage par le biais d'activités pertinentes et significatives. En ce faisant, ils consolideront leurs compétences, non seulement en langue et en mathématiques, mais aussi en une variété de matières et de stratégies permanentes nécessaires à la croissance personnelle soutenue. Ceci requiert beaucoup de temps à développer. Par conséquent, les niveaux sont remplacés par des cycles qui offriront à l'élève le temps dont il a grand besoin pour consolider ses compétences personnelles.

Milieux défavorisés- Opération Renouvellement et l'Appui aux écoles montréalaises

Les Services pédagogiques ont continué à travailler à un certain nombre de programmes visant à aider les écoles en milieux défavorisés. Un plan d'action a été approuvé pour combler les besoins des écoles avec zones défavorisées. Traditionnellement, le Conseil scolaire de l'île de Montréal a alloué des fonds aux écoles à fortes concentrations d'élèves de milieux défavorisés (Catégories I et II). Cette approche s'est poursuivie cette année et les écoles de la CSEM ainsi désignées ont reçu des subventions comme par les années passées. Toutefois, pour l'année scolaire 1999-2000, une allocation supplémentaire a été proposée par le Conseil de l'île et subséquemment approuvée par le ministère de l'Éducation.

Seize écoles de la CSEM ont été identifiées comme ayant des « îlots de pauvreté » et elles sont maintenant désignées comme écoles de Catégorie III. Un nouveau financement a été accordé dans les domaines tels que le rattrapage, l'aide aux devoirs, l'orthophonie, l'adaptation scolaire, les soins de l'enfant, l'appui aux enseignants, les interactions avec les parents et d'autres projets qui sont conçus pour combler des besoins particuliers et enrichir l'environnement d'apprentissage des élèves concernés. En 2000, des représentants de la CSEM ont participé à un congrès portant sur le programme d'Appui à l'école montréalaise au Palais des Congrès où 83 présentations et ateliers ont été offerts. Un nouveau réseau d'enseignants a aussi apporté un appui supplémentaire en classe.

Don aux bibliothèques

Le Service a eu le grand plaisir d'accepter un don de 20 000 $ du quotidien The Gazette destiné à l'achat de livres de bibliothèque pour six écoles : Edward Murphy, Frederick Banting, St. Gabriel, Général Vanier, John Caboto et M.I.N.D. Une présentation spéciale a eu lieu au siège social de The Gazette pour souligner cet événement.

Taux de réussite des élèves

Chaque année, le ministère de l'Éducation publie un rapport sur les taux de réussite de certains examens de juin. Les taux de fin d'études sont aussi soulignés. Toutefois, ce sont ces derniers qui attirent généralement l'attention. Les statistiques publiées cette année donnent une image très positive des taux de fin d'études de la CSEM qui ont été de 14 pour cent plus élevés que la moyenne régionale et de huit pour cent supérieurs à la moyenne provinciale. La CSEM s'est placée au 6e rang parmi 72 commissions scolaires du Québec. Les statistiques du taux de fin d'études aident aussi à expliquer les taux de réussite. Attendu que plusieurs élèves plus faibles décrochent du secteur français, les écoles anglophones gardent un plus grand nombre de ces élèves d'où des moyennes plus basses pour certains examens. Le secteur français bénéficie aussi d'une plus grande gamme de programmes de formation professionnelle qui ont pour effet de retirer des élèves qui ne réussiraient pas aussi bien aux examens académiques. Les élèves anglophones, avec moins de programmes de formation professionnelle, demeurent au secteur académique et ceci affecte aussi les taux de réussite. Les commissions scolaires anglophones collaborent actuellement avec le ministère de l'Éducation pour examiner de plus près les taux de réussite et essayer de trouver un moyen plus équitable de rapport de résultats.

Récits d'histoires

Afin de célébrer la communication orale et d'encourager les élèves à pratiquer leurs habiletés de langage, les élèves de 5e et de 6e année ont participé à trois concours régionaux de récits d'histoires et à une finale au centre administratif. Les élèves avaient le choix de présenter leurs récits en anglais ou en français. Quelques élèves ont relaté une histoire tirée d'un livre favori, tandis que d'autres ont rédigé leur propre histoire.

Nouveaux Départs

L'anthologie des écoles primaires produite cette année met en vedette les textes et les illustrations de 30 écoles primaires de la CSEM et elle a été distribuée en mai. Elle inclut des récits d'élèves en anglais et en français sous forme d'histoires, de poèmes et de lettres. Les soumissions ont reflété le fruit des efforts des élèves de la prématernelle à la sixième année.

Français

Cette année a vu l'adoption d'un nouveau programme d'harmonisation de l'enseignement de la langue française dans les écoles de la Commission. Le temps minimum d'enseignement du français au primaire a été fixé à 32 pour cent ou 90 minutes par jour (programme de base) ; les écoles primaires ont aussi eu l'option d'offrir l'immersion partielle ou l'immersion primaire à 52 pour cent ou 100 pour cent respectivement pour la première et la deuxième année (Cycle I). Les écoles primaires offrant des programmes élargis de français (immersion et immersion partielle) dispenseront un minimum de 44 pour cent d'enseignement en français aux troisième, quatrième, cinquième et sixième années. Les écoles secondaires offriront aussi des programmes élargis de français allant d'un minimum de 28 pour cent à un maximum de 78 pour cent d'enseignement au Secondaire I à III. Un grand nombre d'écoles secondaires dispensent déjà des programmes élargis de français tandis que d'autres ont commencé à élaborer des programmes additionnels. Le principe fondamental de l'harmonisation demeure toujours de qualifier des élèves compétents en anglais et en français.

Programme PELO

Le programme PELO vise à améliorer la connaissance de la langue d'origine de l'élève et de donner un sens plus profond à l'expérience humaine de l'élève en encourageant une appréciation de la culture. En faisant la promotion de la langue d'origine et de la culture au sein d'un programme officiel, la CSEM reconnaît des moyens alternatifs d'expression et la valeur de leurs cultures. En outre, la connaissance d'une troisième langue peut donner aux plus de 3000 élèves inscrits à l'un des sept programmes internationaux de langue un avantage compétitif en milieu de travail. L'an dernier, plus de 700 élèves de la CSEM ont participé au concours national « Concours des jeunes plurilingues » parrainé par le Centre de langues patrimoniales de l'université de Montréal. Les élèves ont rédigé des histoires et les meilleures ont été choisies pour publication dans une anthologie. Cette année, les premiers prix d'italien et de tamoul ont été remportés par des élèves de la CSEM.

English Language Arts

Le but du programme English Language Arts est de promouvoir le développement de l'habilité de l'élève à utiliser la langue comme moyen efficace de raisonnement et d'expression. Le développement de la langue et l'alphabétisation sont considérés comme un ensemble où la croissance dans n'importe quel domaine (écoute/langage/lecture/écriture) renforce et étend la croissance dans d'autres domaines. Les enseignant(e)s impliquent les élèves dans des situations significatives qui les encouragent à communiquer leurs idées et leurs sentiments clairement et de comprendre les sentiments et les idées des autres.

Les élèves du secondaire de la CSEM ont participé à un concours d'art oratoire au centre administratif. Quarante-cinq élèves de 12 écoles ont parlé pour près de 3 minutes chacun. Leurs présentations ont été jugées par niveau et les lauréats des premières places ont reçu une plaque commémorative tandis que des médailles d'argent et de bronze ont été remises à deux deuxièmes places.

Dans le cadre de la Journée mondiale d'alphabétisation du 8 septembre, les élèves de tout le réseau de la CSEM ont pris part à un programme spécial où les élèves du groupe « Tell-A-Stories » du Collège Vincent Massey ont partagé leurs talents de récits d'histoire et de lecture théâtrale. Trois écoles en particulier - Honoré Mercier, Our Lady of Pompei et Westmount Park - ont ouvert leurs portes aux médias. Le groupe "Tell A Stories " du Collège Vincent Massey présente ses récits à de jeunes auditoires. Ces élèves du secondaire ont reçu une bonne formation, ayant participé à des festivals de récits d'histoires dans leurs propres écoles primaires et, plus tard, aux concours du secondaire en 1997 et 1998.

Les élèves de trois écoles en milieux défavorisés (Carlyle, Sinclair Laird et Nazareth) ont pris part à un projet d'alphabétisation et de technologie. Ces jeunes critiques littéraires ont partagé leurs talents, écrits et points de vue, qui peuvent être consultés à leur propre page Web à www.emsb.qc.ca/literature.

Services des médias

Les Services des médias sont formés par l'unité de traitement de livres, qui catalogue et prépare les livres pour les bibliothèques d'écoles ; la bibliothèque des ressources d'apprentissage, une vaste collection de ressources éducatives, digitales, vidéos et films, disponibles à toutes les écoles ; et le studio de production, un local de production digitale et vidéo disponible à toutes les écoles et tous les services de la CSEM. Au cours de l'année, il a été annoncé que le centre déménagerait de ses locaux actuels de l'école Somerled pour s'installer au premier étage de l'école secondaire Wagar de Côte Saint-Luc.

Une nouvelle production vidéo de la CSEM a été mise à la disposition des écoles. Ce documentaire présente des entrevues avec plusieurs membres du personnel de la CSEM qui ont donné un aperçu de l'année scolaire 1999-2000. Le studio de production a monté plus de 30 productions en collaboration avec les écoles, des groupes d'élèves, les services du centre administratif et des partenaires de la Commission tels que la Foire Régionale Bell de Sciences et BIM (Banque des instruments de mesure). La bibliothèque des ressources d'apprentissage a acquis des ressources digitales et vidéo qui se rapportent à la réforme du curriculum. Le Centre des médias a été mis en vedette dans un reportage du supplément sur l'éducation de la Gazette qui décrivait l'utilisation de la technologie en classe. À l'aide du logiciel Regard, le Centre de traitement de livres a aussi commencé le processus d'informatisation de plus de 250,000 livres de bibliothèque.

Sciences

Plus de 400 élèves d'écoles secondaires, privées et publiques, ainsi que des élèves de CÉGEP, ont participé à la Foire Régionale Bell de Sciences qui s'est tenue du 26 au 28 mars à l'école secondaire Lester B. Pearson de Montréal-Nord. La CSEM a été l'hôtesse officielle de cet événement.

Un total de 144 projets a été examiné et évalué par un jury composé de membres des communautés scientifiques et académiques. Au cours de la Foire de trois jours, près de 6000 élèves de diverses écoles ont eu l'occasion de voir les projets et d'interroger les participants. Plus de 100 prix ont été décernés lors d'une cérémonie à la salle de réception Le Mirage à Saint-Léonard. Des représentants de la CSEM, d'entreprises locales et des universités anglophones de Montréal ont remis des prix sous forme de livres, d'abonnements à des revues et de l'argent ainsi que des médailles d'or, d'argent et de bronze. La Chorale de la CSEM s'est produite à la cérémonie de clôture de l'événement. Le Dr Joe Schwarcz de l'université McGill a été le principal conférencier au banquet de remise de prix.

Les finales des écoles primaires ont eu lieu du 4 au 6 mai, à l'occasion de l'Expo Sciences Bell 2000, à l'aréna Étienne Desmarteau. Cinq élèves de la région 1 de la CSEM ont été parmi les lauréats. Plus de 80 projets ont été exposés à la foire par des élèves de la CSEM, de plusieurs commissions scolaires francophones et d'écoles privées.

La CSEM s'est associée à un projet de l'université McGill pour promouvoir la réforme du curriculum et l'intégration de l'utilisation des technologies. McGill a reçu une importante subvention d'une compagnie américaine d'informatique pour aider à promouvoir l'enseignement des sciences et de la technologie dans les écoles primaires publiques. Au cours des trois prochaines années, 180 enseignant(e)s du primaire et du secondaire de commissions scolaires anglophones, 60 étudiants en maîtrise du département des sciences et 60 étudiants en maîtrise du département des sciences de l'éducation de McGill collaboreront à élaborer des plans de leçons qui feront la promotion du nouveau programme d'études. Cette année, l'accent à été mis sur les enseignant(e)s du primaire dont soixante ont été relâché(e)s pour travailler pour une période de 10 jours entre mars et juin, tous frais payés par l'université McGill. Onze enseignant(e)s de la CSEM provenant de 10 écoles de la CSEM faisaient partie de ce groupe.

Sciences humaines

Les sciences humaines offrent une croissance conceptuelle en utilisant des stratégies tirées de plusieurs matières : économie, géographie et histoire en un modèle intégré séquentiel qui tient compte de l'âge, des intérêts et des habiletés de l'élève. Les élèves ont l'occasion de se rendre de plus en plus compte des relations entre les personnes et leur environnement en les observant au sein de leurs communautés, présentes et passées, proches et lointaines. Ils acquièrent aussi des concepts et des habiletés qui leur permettront de comprendre et de prendre des décisions au sujet de développements futurs dans leur environnement immédiat, au Québec, au Canada et dans le monde.

Dix-neuf élèves de six écoles de la CSEM ont exposé leurs œuvres au musée McCord dans le cadre de l'ouverture du deuxième vernissage annuel du projet Laurier. Plus tôt dans l'année, les élèves d'Histoire-Secondaire IV de la CSEM, de la commission scolaire Lester B. Pearson et de la commission scolaire Sir Wilfrid Laurier avaient été invités à prendre part à ce projet spécial. Il leur a été demandé de choisir un moment décisif de l'histoire canadienne du 20e siècle et de faire une interprétation artistique de cet événement. Des 270 élèves qui ont participé à ce programme, 120 étaient de la CSEM et les travaux de vingt d'entre eux ont été choisis pour être exposés.

Mathématiques

Le programme de mathématiques est axé sur une approche de solution de problème avec l'accent sur des situations réelles. À partir de la maternelle, les enfants apprennent à trier et à classer des objets, à dessiner et à interpréter de simples graphiques, à démontrer une sensibilisation de la longueur, du volume, de la masse et du temps et à développer une compréhension du système numérique. Étant donné que la solution de problème tient un rôle clé dans l'apprentissage des mathématiques, elle reçoit une attention importante tout au long du primaire. À la fin de la sixième année, les élèves comprennent des concepts mathématiques et maîtrisent une variété d'habiletés en séries, numération, opérations et propriétés, mesures et relations spatiales.

L'année 1999-2000 a vu la formation d'un comité du manuel des mathématiques du primaire dont le mandat est d'examiner les divers textes de mathématiques utilisés à la CSEM et de proposer des orientations futures à la Commission, particulièrement à la lumière de la prochaine réforme du curriculum. Dans un rapport préliminaire, le comité a recommandé que la CSEM s'oriente vers la mise en œuvre des manuels de séries d'interactions, disponibles en versions anglaises et françaises. Les cadres supérieurs de la CSEM ont soutenu cette orientation.

La CSEM a tenu son premier tournoi annuel d'échecs en mars 2000. Soixante dix-huit élèves de cinq de nos écoles primaires et de quatre de nos écoles secondaires ont participé à cet événement. Les élèves de tous les niveaux étaient représentés, de la première année au Secondaire V. Cette activité s'est avérée être d'une grande valeur et la tenue de futurs concours devrait être organisée de façon à ne pas interférer avec d'autres événements et, par conséquent, augmenter la participation.

Ceci a été la quatrième et dernière année consécutive de la mise en œuvre de nouveaux cours et de nouveaux manuels au secondaire avec l'introduction de Math 514 et Math 536 au Secondaire V. Les enseignant(e)s pourront maintenant se concentrer sur la consolidation de leur enseignement et développer une vision verticale plus complète des cours de mathématiques au secondaire.

En collaboration avec l'Association québécoise des enseignantes et des enseignants de mathématiques, le conseiller et trois enseignant(e)s du secondaire participent à un projet de formation au calculateur de graphiques parrainé par Texas Instruments. Ils deviendront des enseignants chefs de file dans l'utilisation de la technologie de graphique au secondaire. Cette équipe sera responsable de la formation de ses collègues afin d'assurer que les enseignant(e)s intègrent cette technologie pour maximiser le temps d'enseignement en classe. Les élèves devraient consacrer moins de temps à l'aspect technique des mathématiques et plus de temps à la solution de problème et à la prise de décision.

Technologies de l'information et des communications

Au cours de l'année, le Cybersite de l'éducateur montréalais (site Web) pour ressources éducatives à et aux alentours de Montréal, a été lancé par la CSEM, en collaboration avec le Conseil scolaire de l'île de Montréal (CSIM). Au fur et à mesure que ce site bilingue se développe, les enseignant(e)s trouveront de plus en plus de liens pour appuyer leur utilisation de la technologie en classe, des pages recommandées de plans de leçons, des idées d'enseignement et d'excursions. En outre, le site donne des informations générales sur le perfectionnement professionnel, la levée de fonds et une liste des écoles et des commissions scolaires affiliées.

Une politique et des procédures en matière d'accès et d'utilisation acceptables des technologies de l'information et des communications a été approuvée au cours de l'année. Cette politique définit les responsabilités du personnel, des élèves et des parents en matière d'utilisation du réseau informatique de la CSEM, y compris le courriel et l'Internet. Elle stipule que les usagers qui ne respectent pas cette politique pourraient voir révoquer certains de leurs privilèges d'accès et d'informatique. Une trousse complète, incluant un formulaire de consentement à être signé par les parents, a été envoyée aux directions d'école. Au cours de l'année, les élèves sont occasionnellement filmés sur vidéos, enregistrés et/ou photographiés pour diverses raisons, y compris les remises de prix de l'école, les albums scolaires, les projets de vidéo et les programmes de nouvelles. Le nom des élèves pourrait figurer sur ces photographies, vidéos et pages Web. Lorsque ces articles sont publiés, exposés, distribués ou diffusés en dehors du réseau de l'école, le consentement doit être obtenu des parents/tuteurs de mineurs.

L'expansion a été à l'ordre du jour quant à Norshield Development Foundation qui, en collaboration avec d'autres partenaires du milieu des affaires, a collaboré avec la CSEM à la promotion des technologies de l'information et des communications en classe. Au cours des trois dernières années, grâce à ce partenariat, l'environnement technologique de l'école primaire St. Dorothy s'est enrichi. Ce projet a pris racine, et il a été annoncé que trois nouveaux sites seraient choisis pour mise en œuvre à l'automne de 2000-2001, la préférence étant accordée aux écoles en milieux défavorisés. Des enseignant(e)s de TIC, des administrateurs et des conseillers du Japon et de la Grande-Bretagne ont visité St. Dorothy au cours de l'année. Il faut aussi souligner un projet de mise à l'essai à l'école secondaire Sir Wilfrid Laurier qui intégrera les TIC à un cours combinant l'écologie et la géographie et qui sera dispensé en français. Il est prévu que ce cours commence en 2000-2001 et il cadre parfaitement avec la mise en œuvre de la réforme du curriculum au secondaire. L'équipe technologique des Services pédagogiques a participé activement à la création, l'administration et la dispense d'ateliers portant sur l'intégration des TIC aux activités journalières de la classe. Ces ateliers ont été offerts en soirée, durant la journée au centre administratif ainsi qu'aux écoles.

Le personnel des Services pédagogiques et les enseignant(e)s de six écoles ont aussi pris part à un projet qui a culminé avec la conception et la création d'un site Web qui peut être consulté à www.emsb.qc.ca/literature. Il y a aussi un site Web RÉCIT qui peut être rejoint à www.emsb.qc.ca/recit.

Enseignement moral et religieux

Les objectifs de l'enseignement moral et religieux sont de développer chez l'élève une compréhension des valeurs religieuses et morales de la communauté au sein de laquelle il vit ; d'entretenir une appréciation de sa propre tradition religieuse et un respect pour les traditions religieuses d'autrui ; d'aider l'élève à se sensibiliser aux principes moraux qui le guident ; et de contribuer au développement du raisonnement que l'élève utilise pour prendre des décisions morales.

Plus de 40 enseignant(e)s d'Enseignement moral et religieux ont assisté à un atelier portant sur la connaissance de l'Holocauste qui a remporté un grand succès. Une subvention spéciale de la Fondation Norbert et Gusta Roth a permis la tenue de cet atelier. Le Centre commémoratif de l'Holocauste de Montréal a animé deux sessions en matinée qui ont porté sur différentes méthodes d'enseignement et les témoignages de deux survivants de l'Holocauste. L'attention a aussi été portée sur la haine sur l'Internet. Le professeur Irving Abella, ancien président national du Congrès canadien juif, a mené la seconde partie du programme. Il a abordé le sujet des criminels de guerre de l'époque de l'Holocauste à nos jours. Dans le cadre du suivi du programme, le traqueur américain renommé de nazis, Steven Rambam, a donné des conférences à l'école secondaire Rosemont et à l'Académie Royal West. M. Rambam, natif de Brooklyn , a enquêté sur plus de 250 cas reliés aux nazis dans 47 pays. La plupart de son travail dans ce domaine a été fait au Canada.

L'enseignement de l'hindouisme dans les écoles a été le sujet d'un autre atelier. Kalpana Das, directeur exécutif de l'Institut International de Montréal, a été le conférencier invité. Une visite à un temple hindou a même été organisée pour cette journée.

Le ministère de l'Éducation, Direction de l'enseignement protestant, en collaboration avec la CSEM, a organisé une session de formation sur le judaïsme dans le cadre des objectifs du programme d'Enseignement moral et religieux. Les conférenciers ont été Barry Levy, professeur d'études hébraïques et doyen de la faculté d'études religieuses à McGill et le rabbin Howard Joseph.

Cette année a été la première année de la mise en œuvre de la triple option : Enseignement moral et religieux catholique (EMRC) ; Enseignement moral et religieux protestant (EMRP) ; et Enseignement moral (EM). En général, les écoles ont réservé un bloc de temps permettant à tous les élèves de recevoir 100 minutes d'enseignement de l'option de leur choix.

Plusieurs ateliers ont été organisés pour assurer que tout le personnel enseignant affecté ait une vue d'ensemble du contenu du cours et que les écoles disposent des ressources matérielles, du personnel et de l'orientation requises pour offrir les options. Les Services pédagogiques ont aussi produit une brochure à l'intention des parents décrivant les différences en contenu relativement à ces choix, au primaire et au secondaire.

La religion en classe demeure un sujet controversé. Le Conseil des commissaires a officiellement rejeté les scénarios prônés par le rapport Proulx, qui recommandait une fin graduelle de l'enseignement religieux dans les écoles publiques. Tandis que le Conseil des commissaires recommandait que la CSEM appuie le maintien des droits existants des parents de choisir entre l'enseignement religieux et l'enseignement moral, tel que garanti par la Loi sur l'instruction publique, le gouvernement a adopté une nouvelle loi abolissant officiellement le statut confessionnel existant des écoles publiques à compter du mois de juillet, mais préservant essentiellement le statu quo du choix de classes d'enseignement religieux et moral pour les élèves des écoles primaires et des écoles secondaires du premier cycle. À compter de 2001-2002, le temps minimum alloué à la religion sera diminué de moitié et aux deux dernières années du secondaire, l'enseignement religieux sera progressivement aboli d'ici 2002 et sera remplacé par un cours en éthique et culture religieuse.

Éducation physique

L'éducation physique moderne inclut toutes les activités physiques du plus simple jeu en classe à l'introduction et le développement de diverses habiletés sportives ainsi que les activités plus rigoureuses et fortement organisées des compétitions sportives.

L'éducation physique est la partie du processus éducatif qui contribue à la croissance et au développement mental, physique, social et affectif de chaque élève par le biais de l'activité physique. L'élargissement du programme inclut le grand nombre d'activités internes des écoles et les compétitions interscolaires disponibles par le biais de l'Association athlétique du Grand Montréal (AAGM).

Le Service a planifié l'allocation de subventions athlétiques qui ont permis aux écoles de participer aux activités organisées par l'AAGM. Malgré la grève perlée des enseignant(e)s avant Noël, plusieurs écoles primaires de la CSEM ont participé au mini Jamboree de ballon panier organisé à l'université McGill. Un grand nombre d'écoles secondaires ont participé aux saisons écourtées de 23 activités sportives offertes par l'AAGM. Cette année, l'événement le plus populaire a été la course Halo tenue au Lac des castors avec 4,271 participants.